Acheter des Stéroides, Peptides et HGH de qualité | Anabolstore.com

Stéroïdes & Hormones de qualité

Tout sur l’hormone de croissance Hgh

L’hormone de croissance humaine, ou HGH, est une substance anabolisante puissante qui fascine les scientifiques et intrigue les bodybuilders. Voici tout ce que vous devez savoir.

Dans leur quête d’une plus grande masse musculaire et de l’aspect déchiré et sec qui caractérise un physique de culturisme de haut niveau, les concurrents ont, depuis les années 1950, comme on le pense généralement, utilisé une variété de substances supplémentaires, à la fois naturelles et d’origine pharmaceutique.

Après avoir connu une croissance musculaire sans précédent avec les stéroïdes anabolisants au début des années 60 (une époque où ces médicaments étaient utilisés en plus grande quantité à mesure que le niveau de compétition de culturisme augmentait), les compétiteurs de culturisme savaient qu’ils avaient trouvé le facteur critique nécessaire pour les emmener plusieurs étapes plus haut vers perfection physique, et les guerriers de fer du monde entier n’ont pas regardé en arrière depuis.

Avec les années 1970 inaugurant une nouvelle ère pour le succès sportif de compétition, avec l’émergence de contrats lucratifs et de carrières entières basées sur la capacité athlétique, un nouveau composé a trouvé sa place dans les régimes médicamenteux des champions qui n’hésitent pas à repousser les limites : l’hormone de croissance ( HGH).

En tant qu’hormone essentielle à la santé et au bien-être de tous les humains, l’hormone de croissance est nécessaire en quantités précises pour le fonctionnement optimal d’un certain nombre de processus physiologiques et la croissance des tissus corporels, y compris les muscles. Généralement, cela est réalisé, ce qui entraîne une croissance et un fonctionnement dans des paramètres «acceptables» et «normaux». Cependant, une production excessive ou insuffisante de HGH peut potentiellement causer de graves problèmes de santé.

Hormone de croissance : qu'est-ce que c'est et à quoi sert-elle ? Le point de vue d'un expert !

L’excès de HGH, comme cela se produit chez les personnes atteintes d’acromégalie, conduit finalement à une prolifération des tissus et à des problèmes tels que la résistance à l’insuline et la faiblesse musculaire.

Les tumeurs sécrétant de l’HGH, survenant dans l’enfance, peuvent également provoquer une production excessive d’HGH et le géantisme hypophysaire qui en résulte, comme en témoigne André le Géant , par exemple, qui à 12 ans mesurait 6’3″ et à sa taille maximale 7’4″ . Il est finalement mort de cette condition.

Comme il peut y avoir des problèmes avec une surproduction de HGH, il peut aussi y en avoir avec trop peu. Les conditions génétiques et les malformations congénitales se manifestant par une carence en HGH peuvent entraîner un retard de croissance chez les enfants. Bien que rare, le déficit en hormone de croissance (GHD) chez les adultes peut entraîner une diminution de la masse musculaire, de la qualité de vie et de l’énergie.

Dans ces deux groupes, une supplémentation en HGH soigneusement surveillée restaure les fonctions affectées par la carence en HGH. Les avantages, dans ce contexte, comprennent généralement une réduction de la masse grasse, une augmentation du tissu musculaire maigre, une augmentation de la densité osseuse, un meilleur profil lipidique (graisse), une réduction des facteurs de risque cardiovasculaire et une amélioration de la santé mentale.

Les bodybuilders étant des bodybuilders se sont vite rendu compte que si HGH était introduit dans leur répertoire de médicaments, de gros muscles et un conditionnement déchiqueté en résulteraient. Et c’est exactement ce qu’ont vécu ceux qui ont commencé à utiliser cet agent anabolisant jusqu’alors largement inconnu.

Les concurrents des années 70, et surtout des années 80, ont commencé à présenter un look plus raffiné avec un développement musculaire ciselé rappelant la sculpture classique et ressemblant à du rock profondément gravé. Ces gars-là, on pourrait raisonnablement postuler, n’ajoutaient pas de cardio supplémentaire à leurs programmes et ne mangeaient pas plus de protéines maigres.

Depuis que l’HGH est devenue un pilier pour les culturistes sérieux du monde entier, elle a attiré sa juste part de critiques : certains pensent qu’elle est extrêmement dangereuse tandis que d’autres soutiennent qu’elle ne fonctionne tout simplement pas très bien.

Cependant, ceux qui l’utilisent savent à quel point cela peut être efficace. En effet, depuis sa création et sa première application en tant que super-substance de musculation, l’HGH est restée un anabolisant qui a suscité de nombreuses opinions contradictoires et a été entourée de mystère. J’ai cherché des réponses.

Ali Amini est un homme qui, depuis de nombreuses années, observe l’utilisation de HGH et qui est le premier à dire à quel point il renforce les muscles et réduit la graisse, mais est également réaliste en ce qui concerne son application et son efficacité chez tous ceux qui l’utilisent. .

« GH », dit Ali, « est une protéine à chaîne unique composée de 191 acides aminés avec un poids moléculaire d’environ 22 kDa (Kilo Daltons). Elle est libérée dans la circulation sanguine par les cellules somatotropes de l’hypophyse antérieure. Initialement, il a été prélevé sur des glandes pituitaire humaines, cependant, en 1985, le HH biosynthétique a remplacé cette version antérieure. »

Qu’en est-il de l’utilisation généralisée de l’hormone de croissance et de son application parmi l’élite sportive ? « La GH est utilisée dans le sport pour sa capacité à brûler les graisses, à augmenter la masse corporelle maigre, à raccourcir le temps de récupération et à renforcer les articulations et les ligaments tout en cicatrisant les tissus endommagés », explique Ali.

« Et en ce qui concerne les bodybuilders professionnels, tous utilisent HGH, surtout de nos jours car il est beaucoup plus facile à obtenir qu’au début des années 90. Mais ce n’est pas aussi essentiel dans la préparation d’un concours ou d’un cycle hors saison. comme la plupart le pensent.

Cela aide beaucoup s’il est pris en bonne quantité et au bon moment selon le type de programme/cycle auquel on participe, mais ce n’est pas un aspect crucial de l’ensemble du programme. »

Avantages De Musculation De HGH Et Administration Efficace

« Beaucoup de gens pensent que HGH est une potion magique », dit Ali. « Mais la plupart de ces personnes ne prennent pas HGH à son potentiel maximum. HGH n’ajoute pas 50% à vos gains, même pas près de cela. En ajoutant HGH à un cycle, vous serez chanceux et considéré comme génétiquement doué et béni (cela votre corps répond bien à HGH) si vous obtenez un bénéfice/gain de 15 %. »

À la lumière des observations d’Ali, HGH ne semble pas être la solution miracle qui, selon beaucoup, leur donnera du succès en musculation. Cependant, si un bodybuilder devait utiliser uniquement HGH tout en excluant les stéroïdes anabolisants de son programme, quel genre d’effet cela aurait-il sur son physique ?

« Très peu de gains musculaires et une diminution à peine perceptible de la graisse corporelle », déclare Ali, peut-être controversé. « La GH seule n’est pas si forte qu’un anabolisant, et même si elle a la propriété de maintenir la synthèse des protéines, comme la testostérone, elle ne fournit pas une durabilité constante de son effet, comme la testostérone, ni n’augmente sensiblement la force comme les autres anabolisants. »

Mais, bien qu’il ne s’agisse pas d’un médicament miracle, l’HGH peut bien fonctionner pour les culturistes, comme le montrent ceux qui l’utilisent à des doses optimales. Certes, s’il est utilisé par tous les culturistes professionnels, il doit avoir beaucoup de mérite.

« Je sais que les bodybuilders intelligents ne font jamais plus de 8 UI (Unités Internationales) par jour, mais, dans certains cas, j’ai entendu parler d’autres personnes faisant 24 UI par jour et même certains non-pros, moins de 150 livres, qui utilisent 24 UI par jour. Cela se traduit par des ballonnements à cause de toute la rétention d’eau causée par cette dose.

Alors, quelle est la dose optimale de HGH à prendre pour obtenir ses bienfaits ? Ali: « Pour obtenir le plein effet de HGH, le moment et la quantité sont cruciaux. Inutile de dire que la période prise et la cohérence sont plus importantes que la quantité totale, car prendre un kit de 200 UI de HGH sur 50 jours (à 4 UI par jour ) est plus efficace que de prendre les mêmes 200 UI sur une période de 25 jours (à raison de 8 UI par jour). »

Comme il ressort clairement de ce qu’Ali a dit, HGH utilisé en conjonction avec des stéroïdes anabolisants est la forme d’administration la plus efficace. Il est connu pour fonctionner, mais comment? Que fait exactement HGH et quels sont ses effets positifs ?

« La GH détourne les calories des aliments vers la synthèse des protéines et les éloigne de la synthèse des graisses, comme l’ont démontré les tests sur les animaux. Elle est aussi puissante que la testostérone pour stimuler les propriétés de synthèse des protéines. »

Ceux qui sont déficients en HGH sont souvent cités comme preuve positive que HGH est un agent de construction important ; que nous en avons tous besoin pour fonctionner correctement. Le point de vue d’Ali sur la carence en HGH ?

« Les adultes déficients en GH (GHD) ont une masse corporelle maigre réduite et une masse grasse accrue, en particulier la masse grasse abdominale centrale, prouvant ainsi que plus le niveau de HGH est élevé, plus la masse musculaire et moins de graisse sont synthétisées. »

Et combien de temps HGH doit-il exercer ses effets anabolisants ? « GH », dit Ali, « a une demi-vie de 15 à 20 minutes après une injection sous-q (sous-cutanée) ou intraveineuse. Après cela, les concentrations sanguines de HGH atteignent leur pic entre une et trois heures après l’injection. »

Ainsi, une fois que le dosage optimal de HGH et les avantages potentiels ont été décidés, comment peut-il être administré en temps opportun ?

« Beaucoup de théories et de spéculations ont été faites sur la meilleure façon d’administrer HGH », explique Ali. « La manière la plus raisonnable serait décidée après avoir compris comment la HGH est produite dans le corps, comment elle interagit avec d’autres hormones et dans quelles circonstances elle se convertit le mieux en IGF-1.

La production d’IGF-1 est régulée par des facteurs autres que l’HGH, notamment l’état nutritionnel et thyroïdien. Mais lorsque HGH est libéré, il va au foie pour stimuler un ensemble de facteurs de croissance, et IGF-1 se trouve être le plus connu d’entre eux.

« IGF-1 est une hormone à chaîne unique de 70 acides aminés qui s’est avérée être le dérivé le plus puissant (causé par la libération ou l’administration de HGH) de HGH », poursuit Ali. « La GH est une hormone qui fonctionne dos à dos avec l’insuline, donc plus l’insuline est faible, plus la glande pituitaire produit de HGH, et il y aura donc un meilleur environnement pour que la HGH fonctionne.

Certaines spéculations recommandent de prendre de l’HGH à tout moment car elles disent que ce que je viens de mentionner s’applique à l’HGH produite par l’hypophyse et non à celle administrée de manière externe. Cependant, le corps produit de l’HGH dans ces conditions car c’est le meilleur moment pour lui, ce qui le conduit séquentiellement à fonctionner à son potentiel maximum.

Par conséquent, en utilisant HGH à un moment où l’insuline est faible (en utilisant la glycémie comme indicateur), après l’entraînement serait le meilleur moment pour l’utiliser. Cependant, si elle est administrée en conjonction avec de l’insuline, HGH doit être prise immédiatement après l’entraînement avec l’insuline administrée dans une fenêtre de 30 à 40 minutes après cela. »

Étant donné que dans les cercles de musculation, il est de notoriété publique que les compétiteurs d’élite prennent HGH deux fois par jour, et que le timing est essentiel, si l’après-entraînement est l’une de ces périodes optimales, quand est l’autre ?

« Une deuxième dose, » dit Ali, « peut être prise avant d’aller au lit, toujours à un moment où la glycémie est très basse, comme lorsqu’un bodybuilder se prépare pour un spectacle et suit un régime pauvre en glucides ; c’est le période optimale – la nuit – surtout si un repas faible en glucides était le dernier repas ou les deux.

Cependant, il serait encore mieux de le prendre (la deuxième dose de HGH) pendant la période de sommeil, lorsque, par exemple, se réveiller au milieu de la nuit pour aller aux toilettes. »

Dosage Et Moment Optimaux

Et quelle serait, typiquement, chacune des deux doses ?

« Le principal avantage de HGH est son action sur le foie pour produire de l’IGF-1 », explique Ali. « Donc, pour cette question, il est important de connaître la capacité du foie en termes de quantité de HGH qu’il peut utiliser pour obtenir le résultat / bénéfice maximal. Le foie peut fonctionner avec trois à quatre UI de HGH à la fois et peut faites-le deux fois par jour avec un intervalle raisonnable de cinq à sept heures.

Par conséquent, la meilleure dose serait un total de six à huit UI par jour divisé en deux doses et ayant ces cinq à sept heures d’intervalle. Par exemple, une dose (soit trois ou quatre UI) peut être prise après l’entraînement avec une autre dose de trois à quatre UI avant le coucher ou pendant la période de sommeil nocturne. »

De toute évidence, comme pour tout agent anabolisant, il existe un dosage optimal, mais il n’a pas été clairement documenté quant à ce qui se passerait si l’on prenait trop peu ou trop de HGH. Si l’on prenait en dessous de l’UI recommandée de six à huit par jour de HGH, comme le recommande Ali, quels effets, le cas échéant, pourraient-ils ressentir ? Si un bodybuilder prenait, par exemple, 2 UI, quel effet cela aurait-il ?

Hormone de croissance : qu'est-ce que c'est et à quoi sert-elle ? Le point de vue d'un expert !

Une dose (trois ou quatre UI) peut être prise après l’entraînement.

« Ce que je recommande », dit Ali, « est aligné sur la capacité du corps à utiliser HGH à des doses maximales pour produire un effet maximal. Cependant, en prendre moins fonctionnera certainement et les gains seront remarqués, mais pas à leur plein potentiel (le pleine capacité du corps à occuper HGH et à l’employer).

À l’inverse, que se passerait-il si cette même personne dépassait largement la quantité recommandée ? S’ils prenaient, par exemple, 20 à 25 UI, que pourrait-il arriver ?

« Rien de dramatique », dit Ali. « Juste quelques effets secondaires de rétention d’eau, dans un cas où le sujet abusant de HGH ne souffre d’aucune sorte de maladie. Mais si vous comprenez comment HGH fonctionne dans le corps et comment le corps l’utilise, il deviendra assez évident comment, quand et combien vous devriez prendre.

Inutile de dire qu’essayer de rendre l’utilisation de HGH plus constante pendant une plus longue période se traduira par plus de gains et le rendra beaucoup plus rentable, car la forme légitime de celui-ci n’est toujours pas bon marché. »

Cela étant dit, l’HGH, comme tout autre médicament, présente des dangers s’il est utilisé de manière irresponsable. Alors, comment HGH se compare-t-il exactement aux autres médicaments anabolisants en termes de problèmes de santé s’il est utilisé de manière excessive ?

« Les stéroïdes anabolisants peuvent causer de graves problèmes s’ils sont surutilisés », explique Ali. « Avec certains, les effets secondaires sont plus sévères que d’autres. Le 17aa (l’un des stéroïdes les plus puissants jamais synthétisés) est le moindre de vos problèmes lorsque vous parlez de surdosage, car l’insuline, le trenbolone et les diurétiques sont respectivement les plus dangereux en cas de surdosage.

Avec HGH, en comparaison, vous n’avez besoin d’aucune forme spéciale de détoxification après le cycle, car le corps ne devient pas toxique à cause de l’HGH légitime. »

GH Et Insuline : Interaction Négative

Comme le dit Ali, l’insuline, une hormone de transport, sécrétée par le pancréas pour stocker les nutriments dans divers tissus corporels, peut être extrêmement dangereuse si elle est prise de manière synthétique à des fins de musculation. Il est également entendu que l’insuline et l’HGH n’interagissent pas positivement l’une avec l’autre pour produire des gains de masse musculaire maigre. Quel est le problème ici?

Ali : « En introduisant de l’insuline dans votre corps, les niveaux de HGH et d’hormones thyroïdiennes chutent de façon spectaculaire. C’est exactement comme ça que le corps humain fonctionne. Par conséquent, vous devez compléter votre corps avec les deux hormones mentionnées pour compenser la pénurie, réduire les gains et minimiser l’effet secondaire de l’insuline.

Naturellement, l’HGH est mieux produite lorsque les niveaux d’insuline sont bas, et biologiquement, c’est le meilleur moment pour que l’HGH soit produite et commence à fonctionner. » Comment ce dilemme est-il résolu chez les bodybuilders qui utilisent l’HGH ?

« Cependant, dit Ali, je recommande de prendre l’insuline et l’HGH ensemble, mais pas en même temps. Selon votre protocole d’insuline, que nous n’aborderons pas ici car il s’agit d’une discussion sur l’HGH, l’HGH devrait être pris lorsque l’insuline est faible. Et je préconise ce protocole parce que c’est ainsi que le corps fonctionne et tout ce que nous pouvons faire est d’en apprendre davantage à ce sujet et d’agir en conséquence.

Vous pouvez dire que le corps fait cela en l’absence d’une source externe de HGH et d’insuline et choisir de les prendre tous les deux en même temps. Mais pourquoi risquer les bénéfices et les gains alors qu’aucune étude ne le prouve ?

Et ce que je recommande, c’est ce qui est recommandé par l’organisme en premier lieu. Comme je l’ai dit, HGH peut être pris après l’entraînement de manière intramusculaire pour atteindre le système dès que possible, puis l’insuline peut être introduite 30 à 40 minutes après cela. »

Meilleure Forme D’administration

La GH peut être prise de différentes manières, mais quelle est la méthode la plus efficace ? Que font les pros ? Ali : « La plus courante est la sous-q (sous-cutanée) depuis des années, et beaucoup le font encore. Cependant, c’était la méthode médicale utilisée lorsqu’elle a été introduite pour la première fois pour les personnes déficientes en HGH ou les nourrissons nés avec une très faible poids à la naissance et/ou manque de taille.

Mais dans le cas de « HGH dans le sport », c’est différent. L’administrateur n’est pas un malade déficient ; c’est une personne qui souhaite que l’HGH agisse dans son corps le plus tôt possible pour en tirer le meilleur parti, faisant de la méthode intramusculaire (IM) le meilleur choix pour l’administration chez les athlètes car, de cette manière, elle atteint le système beaucoup plus rapidement et commence ses actions plus tôt qu’une injection sous-q. »

Effets Secondaires

On pense souvent que plus le concurrent est grand, plus il aura besoin de HGH pour réaliser tout type de bénéfice. Il semble que ce soit encore un autre mythe.

« La taille et le poids de l’athlète ne sont pas un facteur important ici, car tout dépend de la capacité du foie à utiliser l’HGH et à produire de l’IGF-1 », explique Ali. « Même si certains athlètes prennent jusqu’à 24 UI de HGH par jour, le corps/foie ne peut pas utiliser cette quantité, d’où l’abus de HGH et les effets secondaires indésirables qui peuvent être observés. »

Comme on le sait, tous les médicaments ont leur lot d’effets secondaires. Que peut-on attendre en ce qui concerne les effets délétères de la prise de HGH ? La mort peut-elle en résulter, comme certains le pensent ?

« Il n’y a eu rien d’enregistré ou de rapporté sur la question de mourir de HGH », dit Ali. « Cependant, HGH a tendance à aggraver tout cancer en raison de son effet volumateur cellulaire et anabolisant sur la taille d’une cellule. Ce sont les effets potentiels graves. La croissance de la mâchoire et du nez sont les signes principaux et les plus visibles de l’utilisation de HGH sur une plus longue durée. période.

Aucune étude n’a encore prouvé que l’HGH cause le cancer, même si beaucoup de spéculations sont faites. La vérité est que la cause du cancer n’est toujours pas claire aujourd’hui. Donc, aucun HGH ou, d’ailleurs, aucun stéroïde anabolisant n’est cancéreux (théoriquement à ce jour) à moins que la personne n’ait souffert d’un cancer avant d’utiliser tout type d’anabolisant ; qui, dans certaines formes de cancer, l’utilisation de médicaments anabolisants pourrait aggraver le cas. »

Détection GH

Comme Ali l’a suggéré auparavant, la méthode intramusculaire d’administration de HGH est la plus populaire, car elle provoque une cascade plus rapide du facteur de croissance analogue à l’insuline 1 (IGF-1) et une croissance plus rapide en conséquence. Pourquoi cette méthode est-elle la meilleure exactement ? Pourquoi ne peut-il pas être pris par voie orale comme certains stéroïdes anabolisants ?

Selon Ali, c’est « parce qu’il s’agit d’une hormone protéique et, par conséquent, doit être administrée par injection car elle est complètement digérée en ses acides aminés de base (les acides aminés dont elle était faite) lorsqu’elle est administrée par voie orale, ce qui signifie il ne peut pas être différencié d’un supplément oral d’acides aminés. Ainsi, seule l’administration injectable peut permettre à HGH de fonctionner à son plein potentiel.

Cela étant, l’HGH peut-elle être détectée lors d’un test de dépistage de drogue ?

Ali : « En raison du fait que le foie et les reins intériorisent le complexe récepteur de HGH et le dégradent complètement en ses acides aminés basiques, seules des quantités minimales de HGH apparaissent dans l’urine et le schéma d’excrétion urinaire s’est avéré, chez ceux qui l’utilisent, être trop faible, ce qui fait que ses métabolites dans un échantillon d’urine semblent identiques aux métabolites des acides aminés administrés par voie orale, faisant de l’HGH une drogue indétectable dans un test de dopage.

Hormone De Croissance : Bonne Ou Mauvaise ?

Avec leur éternelle recherche d’un avantage en musculation, les culturistes se sont tournés vers l’hormone de croissance synthétique pour stimuler ce que la nature leur fournit naturellement. Mais est-ce aussi efficace que beaucoup sont amenés à le croire ?

Le fait que les bodybuilders à la pointe de la technologie l’utilisent pour obtenir une définition dure comme le roc et une taille musculaire supplémentaire témoigne de sa nature puissante, mais selon Ali, ce n’est pas une substance miracle et ne fonctionnera pas aussi efficacement que les stéroïdes pour ajouter de la masse musculaire pure.

Cependant, dans le climat de musculation ultra compétitif d’aujourd’hui, tout avantage semble valoir la peine d’être poursuivi et les produits chimiques semblent être un moyen solidement ancré de l’acquérir. Alors, l’utilisation de HGH est-elle bonne ou mauvaise?

Du point de vue de l’efficacité, il y a beaucoup d’opinions divergentes, avec ceux qui le considèrent comme essentiel et ceux, comme Ali, qui pensent qu’il pourrait ajouter la touche finale à une base de muscles durs comme le roc qu’un entraînement intensif et une bonne nutrition ont d’abord établi.

Du point de vue de la santé, il n’y a pas eu un seul décès documenté directement attribuable à l’administration de HGH, et il ne semble pas non plus que cette hormone soit aussi dangereuse que certains des stéroïdes les plus puissants ainsi que l’insuline et les diurétiques, ce dernier ayant coûté la vie.

Avec son coût élevé et, dans certains milieux, son efficacité douteuse, HGH vaut-il le temps et les dépenses ? Alors que la scène de la musculation professionnelle continue de croître, avec elle les athlètes, eux-mêmes habilement aidés par divers produits chimiques, une réponse définitive sera probablement donnée très bientôt.

Avis de non-responsabilité : les conclusions et les opinions données dans cet article sont uniquement à des fins éducatives et de divertissement. Ils ne représentent pas nécessairement ceux de ce site

0
    0
    VOTRE PANIER
    VOTRE PANIER EST VIDECONTINUER VOS ACHATS